Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Des souvenirs à toucher

27 Juillet 2014, 07:03am

Publié par bibun

On remet toujours en cause le hasard, qu'il n'y a pas de vécu qui soit véritablement aléatoire sur nos jours ou nos nuits noires.

S'épancher sur des pensées profondes, chercher à comprendre comment peut tourner le monde, puis se dire que les circonstances devaient seulement en être ainsi. D'abord un ressenti avant que cela devienne une philosophie de vie.

Parcourir des chemins, profiter des festins, braver des chagrins, espérer à demain ou encore s'égarer dans le lointain... Croire alors au destin.

On croise des symboles que l'on interprète en différentes paraboles, que l'on extrapole, on rencontre de fausses idoles, on s'investit dans un rôle, on en rigole, ou encore on plonge dans l'alcool.

Puis un matin on se pose des questions, on s'accorde un temps de réflexion, voire où nous mènera notre embarcation, quelle sera notre prochaine destination.

Un jour on fait le tri dans nos armoires, redécouvrir ces objets que l'on a pu laisser choir et pourtant, chacun d'eux possèdent une histoire. Ils ont l'âme lumineuse que l'on a su leur insuffler, un précieux souvenir dissimulé, que l'on est seul à pouvoir contempler, peut-être un jour le partager.

Ils ont la reconnaissance de nos meilleurs souvenirs, même des jours qui ont pu tout assombrir, quand le sombre a pu nous envahir et nous faire faiblir. Pourtant même dans les terres lugubres qui ont vu mourir bien des espérances, imposer de si longs silences, il est possible de s'accrocher à la plus infime clémence.

Ces objets possèdent alors la plus grande des valeurs, la seule reconnaissance du coeur, ce fil d'émotion qui relie entre eux, les plus grands bonheurs, mais également nos immenses douleurs.

Chaque chose en son temps, toute chose à sa place, chacun en possédant sa propre histoire, celle que nos vies ont pu composer, les épreuves que l'on a pu traverser et sont là, chaque fois pour nous rappeler le chemin que l'on a souhaiter emprunter. Pas pour s'enraciner au passé, mais nous montrer tout ce que la persévérance a contribué à nous témoigner.

Alors si un jour ces objets dans lesquels des mots s'y sont déposés, des souvenirs s'y sont gravés devaient nous déposséder, sans que nous l'ayons nous même décidé, faut-il y voir une fatalité ou l'un de ces plus grand combat à mener entre ténèbres et clarté. Sur sa face découvrir cette cicatrice que cette douleur a pu infliger, un stigmate laissé pour ne jamais oublier, que la plus odieuse souffrance peut être causée par la confiance.

Jamais rien ne pourra remplacer ces objets, ces mots accordés, ils feront partis des oubliés, de ces histoires qui perdront toute légitimité, avec encore une raison d'exister, que les silences finiront par asphyxier.

Des souvenirs à toucher

Commenter cet article