Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Ce fameux soir

8 Août 2012, 15:59pm

Publié par bibun

Ne pas savoir ni le où ni même le quand
Sensation d'en connaître seulement le moment
Ressenti que seul le coeur parvient à te confier
Douce perception de légèreté, du souffle coupé
Rendez-vous pris lorsque tombera la nuit
Impression que le temps s'écoule au ralenti
S'il était juste l'heure de notre il était une fois
Voir si nos pas nous conduisent à ce même endroit

Ne pas savoir ni le où ni même deviner le quand
Étrange sensation d'en connaître seulement le moment
Ce même désir qu'au loin, nos silhouettes puissent s'apercevoir
Et si ce n'était pas ce soir... mais ne perdons surtout pas l'espoir
Dame nocturne nous offre sa faible luminosité de son ciel étoilé
Une ambiance feutrée accordée aux mots afin qu'ils soient murmurés
Laissant l'attractivité de cette timide clarté mieux nous rapprocher
Où les lèvres s'effleurent et s'embrassent, expression d'un désir conjugué

Se souvenir du où ainsi que du quand
Se remémorer seulement le moment
Car ce fut bien celui là ce fameux soir
Ces premiers mots qui narrèrent notre histoire
Ceux là même qui après chaque nuit sont sans cesses renouvelés
Que certes le jour va nous séparer, nous faire également patienter
Mais que le coeur lui sera bel et bien là, perpétuellement à ce même endroit
Celui connu seulement de toi et de moi, là où débuta notre il était une fois.

 

amour-love-night-espoir-nocturne-nuit--inspiration-poeme-po.jpg

Voir les commentaires

Jour de révolution... peut-être nul autre suivra

7 Août 2012, 05:20am

Publié par bibun

Dans ces ruelles qui accompagnèrent nos pas et nous virent grandir
Ces endroits où se vécurent la plupart de nos meilleurs souvenirs
Au loin épier ces bataillons prenant position préparant leurs embuscades
Nul autre choix, nulle autre raison que de monter à la hâte des barricades
Enchevêtrer ces objets sacrifiés pour bâtir des murailles contre l'envahisseur
Psalmodier des encouragements de bonimenteur, une façon de conjurer la peur
Parfois laisser la colère s'exprimer est la dernière chose qu'il puisse rester
Cette incandescence qui ne cesse de s'enflammer,  pouvoir encore persévérer
Lorsque vint le soleil couchant, comme une parenthèse déposée sur le temps
Dernières pensées à méditer, se rappeler pour quelle raison coulera le sang
Derrière ces remparts jeter des regards furtifs vers ses comparses de destin
N'y voir que des visages semblables au sien, impossible d'en prédire la fin
La nuit tissant sa toile bâillonnant les murmures pour ne laisser que le silence
Abandonnant chacune des âmes apeurées devant le miroir de leur inconscience
Après ce soir peut-être nul autre suivra, celui où naquit la révolution
Connaître la libération lorsque nous vainquîmes ou mourûmes face à la légion

Bien des contrées aspirèrent et se soulevèrent pour une meilleure vie
Le prix parfois bien trop élevé de la dictature, de sa barbarie et de sa tyrannie
Cette ère fut un jour la nôtre quand nous abdiquâmes l'allégeance à la monarchie
Pourtant aujourd'hui, bien des voix haineuses s'expriment dans notre démocratie
Faut-il véritablement nous envier cette liberté si douloureusement acquise
Où pour corrompre cette glorieuse victoire du passé quelques piécettes suffisent

 

revolution-francaise-barricades-peur-tyrannie-dictature-esp.jpg

Voir les commentaires