Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Tout ce qui brille

29 Juillet 2014, 07:40am

Publié par bibun

Il y a seulement deux choix entre deux objets qu'on peut être amené à utiliser au quotidien. Il suffit de les observer et de faire votre choix, celui où votre regard va s'attarder, là où il y a de la couleur sera peut-être le bon ou le meilleur pour vous.


Vous avez le choix entre ces deux objets, chacun d'entre eux n'ont pas de boîte d'ornement, ils sont juste posés là, sans présentation, sans rien. Lequel choisiriez-vous ?


Si je vous disais que l'un des deux possède une valeur inestimable, parce que c'est une pièce unique. Forcément votre choix serait influencé. Alors je ne raconterai que deux histoires, une courte et une plus longue. Après cela vous ferez votre choix.


Première histoire : En passant devant une vitrine, ce stylo (B) a captivé mon regard et m'a fait pensé à toi, certainement les couleurs et l'ensemble harmonieux.


Seconde histoire : J'ai un stylo pour toi, il est simple, il ne doit plus lui rester beaucoup d'encre, mais il est pour toi, parce qu'il est devenu unique. Te souviens-tu du jour où je suis parti ? Même si bien des lendemains ont éloigné ce moment, je n'ai jamais cessé de penser à toi. Depuis, j'ai passé le plus clair de mon temps à prendre des photos, que j'allais faire développer chez un photographe. A côté de la machine à impression, il y avait ce stylo et j'ai eu cette simple idée, de te raconter chacune de ces photos, parce qu'elles ne représentaient qu'un instant figé. Je voulais à chaque fois te conter l'avant et l'envie de ce qu'il y aurait après, pour te faire partager chaque instant, une façon que ta présence continue de m'accompagner et que tu puisses regarder à ton tour, le chemin sur lequel j'ai avancé, sans jamais t'oublier. Alors derrière chaque photo j'ai écrit les mots pour que chaque événements, le jour où tes yeux pourraient se déposer sur chacune d'entre-elles, on puisse avoir l'impression de partager les mêmes souvenirs. Dans ce stylo, il y a toutes ces pensées de toi qui ont accompagné mes pas jusqu'à lors, il ne reste certainement plus beaucoup d'encre, mais quelque part, il t'a toujours appartenu, car lorsque je le tenais dans ma main, que les mots se couchaient au dos de la photographie, à ce moment tu n'étais jamais loin.


Alors avez-vous fait votre choix ? Est-ce que l'apparence renferme toute la valeur, peut-être s'il ne devait s'agir que d'une simple valeur marchande, mais c'est bien souvent l'histoire qui accompagne toute chose qui la rend inestimable.

Tout ce qui brille

Voir les commentaires

Des souvenirs à toucher

27 Juillet 2014, 07:03am

Publié par bibun

On remet toujours en cause le hasard, qu'il n'y a pas de vécu qui soit véritablement aléatoire sur nos jours ou nos nuits noires.

S'épancher sur des pensées profondes, chercher à comprendre comment peut tourner le monde, puis se dire que les circonstances devaient seulement en être ainsi. D'abord un ressenti avant que cela devienne une philosophie de vie.

Parcourir des chemins, profiter des festins, braver des chagrins, espérer à demain ou encore s'égarer dans le lointain... Croire alors au destin.

On croise des symboles que l'on interprète en différentes paraboles, que l'on extrapole, on rencontre de fausses idoles, on s'investit dans un rôle, on en rigole, ou encore on plonge dans l'alcool.

Puis un matin on se pose des questions, on s'accorde un temps de réflexion, voire où nous mènera notre embarcation, quelle sera notre prochaine destination.

Un jour on fait le tri dans nos armoires, redécouvrir ces objets que l'on a pu laisser choir et pourtant, chacun d'eux possèdent une histoire. Ils ont l'âme lumineuse que l'on a su leur insuffler, un précieux souvenir dissimulé, que l'on est seul à pouvoir contempler, peut-être un jour le partager.

Ils ont la reconnaissance de nos meilleurs souvenirs, même des jours qui ont pu tout assombrir, quand le sombre a pu nous envahir et nous faire faiblir. Pourtant même dans les terres lugubres qui ont vu mourir bien des espérances, imposer de si longs silences, il est possible de s'accrocher à la plus infime clémence.

Ces objets possèdent alors la plus grande des valeurs, la seule reconnaissance du coeur, ce fil d'émotion qui relie entre eux, les plus grands bonheurs, mais également nos immenses douleurs.

Chaque chose en son temps, toute chose à sa place, chacun en possédant sa propre histoire, celle que nos vies ont pu composer, les épreuves que l'on a pu traverser et sont là, chaque fois pour nous rappeler le chemin que l'on a souhaiter emprunter. Pas pour s'enraciner au passé, mais nous montrer tout ce que la persévérance a contribué à nous témoigner.

Alors si un jour ces objets dans lesquels des mots s'y sont déposés, des souvenirs s'y sont gravés devaient nous déposséder, sans que nous l'ayons nous même décidé, faut-il y voir une fatalité ou l'un de ces plus grand combat à mener entre ténèbres et clarté. Sur sa face découvrir cette cicatrice que cette douleur a pu infliger, un stigmate laissé pour ne jamais oublier, que la plus odieuse souffrance peut être causée par la confiance.

Jamais rien ne pourra remplacer ces objets, ces mots accordés, ils feront partis des oubliés, de ces histoires qui perdront toute légitimité, avec encore une raison d'exister, que les silences finiront par asphyxier.

Des souvenirs à toucher

Voir les commentaires

Révélations

23 Juillet 2014, 07:14am

Publié par bibun

Toujours lorsque le temps est malencombre
Surgit alors de nulle part l'homme de l'ombre
Marchant toujours au milieu des décombres
De son vieil âge ne pas en connaître les nombres

Plus personne ne connaît son véritable nom
A qui l'on accorde si peu d'attention
Peut-être par ses mots aux sombres prédictions
Narrateur d'histoires au gré de l'inspiration

Toujours des phrases incomplètes
Les réflexions ne sont pas désuètes
C'est le but ultime de toute quête
Que se révèle en toi l'ophélète

Les véritables paroles pour pouvoir les comprendre
Ne possèdent de concetto que tu aies envie d'entendre
Ne se parent pas de mots que tu aimerais entendre
Mais s'entourent de lettres que tu aies besoin d'entendre

Il est possible de tout envoyer au vent
Tout ce qui nous semble déplaisant
Écarter les apophtegmes dérangeants
Pour rendre les présents inexistants

Un jour de son nom tu te souviendras
Sa prononciation te résonnera
Ce jour là, alors tu comprendras
De son oubli, il te pardonnera

Révélations

Voir les commentaires

Bulle au vent

22 Juillet 2014, 09:06am

Publié par bibun

Bulle dans laquelle je compose
Des petits mots qui s'y déposent
Inspiration qui s'exprime en proses
Lorsque les passions s'imposent

Il n'y a jamais de rencontres dû au hasard
Malgré l'impression de pas qui s'égarent
Se croisent simplement des regards
S'échange et commence des histoires

N'éprouver que de l'admiration
Aux êtres brillants d'imperfections
Qui transpirent d'une belle compassion
Plutôt que de vivre dans la réprobation

Ma bulle de mots qui se dépose à tes côtés
Se sentir bien sans même vouloir se l'expliquer
Se comprendre sans même de paroles prononcées
Timides sourires miroitant de clarté

Ces présences qui se veulent providentielles
Être charmé par ce rayonnant visage célestiel
Émotions pures jamais plus artificielles
Petit vent qui soulève et déploie tes ailes

Laisser cette précieuse bulle s'envoler
L'observer douloureusement s'éloigner
Part de soi qui n'a plus de raison d'exister
Or, les lumières ne cesseront pas de briller

Aujourd'hui, plus de bulle resplendissante
Sans pour autant de pensées subclaquantes
Peut-être une chose beaucoup plus importante
Être entouré d'une âme bienveillante

Bulle dans laquelle j'ai tant de fois composé
Des milliers de petits mots qui s'y sont déposés
Inspiration exprimée avec des proses couchées
Mais, bien d'autres encore viendront à me posséder

Bulle au vent

Voir les commentaires

Les hommes en noir

14 Juillet 2014, 16:10pm

Publié par bibun

Toi, qui depuis jadis manque à ma vie
Aujourd'hui, il en est seulement ainsi
La luminosité peu à peu s'affaiblit
Profiter du calme de chaque nuit
A contempler la constellation de l'infini
Ces étoiles qui nous ont autrefois réunis

Lointaine lignée d'hommes en noirs
Nul besoin de possessions ostentatoires
Juste se retrouver soir après soir
Chacun notre tour à partager nos histoires
Chacun face à son propre reflet de miroir
Se souvenir avant que ne s'efface la mémoire

Il y a toujours l'absence de quelqu'un
Perdre son regard dans le lointain
Attendre peut-être un signe du destin
La silhouette d'un frère au bout du chemin
Hier ne resplendira plus aussi bien que demain
Comme la toute première rosée de chagrin

Ensemble nous fûmes sans cesse grandissant
Attendre patiemment à chaque soleil couchant
Partager nos voix autour de ce feu de camp
Distinguer la véritable couleur des sentiments
Nul besoin de signes distinctifs méprisants
Cette froideur que sait donner l'argent

Frères, vestiges d'un si lointain passé
Ne reste plus qu'une plume et un encrier
Tant de choses encore à coucher sur le papier
Des mots vivants insufflés de vérités
Tant d'âmes qui ont perdu leur humilité
Visages implorés de s'être lourdement trompés

Le savoir doit encore se taire
Les feux sont devenus misères
Ne se réunissent plus les vieux frères
C'est imposé un silence mortifère
Pesante ambiance de ces terres cimetière
Il faut du sombre pour distinguer la lumière

Les hommes en noir

Voir les commentaires

1 2 > >>