Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Tourne le carrousel

12 Mai 2016, 10:01am

Publié par bibun

Tourne le carrousel

La ronde du carrousel
Chevaux de bois éternels
A son aise sur sa selle
Sans fin la manivelle

Tourner sur soi-même
L'indécision des dilemmes
S'accumule les problèmes
A force on se dés-aime

Sous la lumière de la dame pâle
A vouloir s'étendre sur son croissant bancal
Brume silencieuse si monacale
Autour de ce manège à la belle étoile

Carrousel qui tourne en continu
Avec ces chevaux demeurant suspendus
Le temps s'est définitivement perdu
Seulement des pensées ininterrompues

Au dehors cette frénésie
Avec ce jour qui ébloui
Quand la peur devient paralysie
Préférer le calme de la nuit

A l'intérieur on se sent à l'abri
Même si l'on est son propre ennemi
Seulement se protéger de la vie
Tandis que la brume s’épaissit

Parler pour ne rien dire
Ces mensonges pour fuir
Se taire pour s'abstenir
Des vérités à bannir

Pas à la bonne place
Brutalement on s'efface
Invisible face à face
Un intérêt si fadasse

Des ombres sur leur selle
Tant d'ils et tant d'elles
Tourne encore la manivelle
Pour la ronde du carrousel

De simples petits regards
Dans ces yeux de brouillards
Où on y lit des histoires
Nul besoin d'être bavard

Parenthèse du présent
Ni levant ni couchant
Le nocturne seulement
Des murmures dans le vent

Tourner en rond
La même direction
Confortable vision
Pas d'improvisation

A mesure on apprend
A vivre autrement
Hors du temps
Et pourtant...

Se confronter à la mort
Si on s'en sort
Âme qui survit au brise corps
Y sceller un accord

Ralenti le carrousel
Ne tourne plus la manivelle
Voir au loin les îles et les ailes
L'heure de se remettre en selle

Plus de chevaux de bois
Le moment des choix
L'improbable auquel on croit
Où l'impossible se façonnera

Du pire pour le meilleur
S'enflamme la peur
Cendres en apesanteur
Des nouveaux battements de coeur

Marcher sur les ruines d'hier
Mettre un genou à terre
Apaiser le sang et la colère
On a changé vieux frère

Etre plus dur maintenant
Encore plus exigeant
De marbre et compatissant
Le vécu est si important

On se remet en route vieux frère
Ensemble contre les hivers
Que flotte dans les airs
Ces sombres et lumineuses bannières

Voir les commentaires