Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Au bord du rivage

4 Août 2011, 09:32am

Publié par bibun

Embarcation qui largue les amarres
Regarder les flots qui nous séparent
Vers d'autres lieux, d'autres paysages
Mémoire qui n'oublie pas ton visage

Parfois s'imposent des pensées de haine
D'autres fois submerge une infinie peine
Simples mots d'un coeur qui saigne...

Sur le ponton duquel, nous a vus s'éloigner
Pas le courage, l'envie de se résigner
Scruter sans relâche la prochaine embarcation
Après l'espoir, l'amertume de la désillusion

Parfois s'imposent des pensées de haine
D'autres fois submerge une infinie peine
Simples mots d'un coeur qui saigne...

Il y eut ce temps pour apprendre à parler
Des sons pour apporter aux mots de l'attrait
A composer pour mieux pouvoir l'exprimer
Mais le temps m'a manqué pour savoir pleurer

Parfois s'imposent des pensées de haine
D'autres fois submerge une infinie peine
Simples mots d'un coeur qui saigne...

Le silence s'est de nouveau invité, plutôt imposé
Rien de grave, lui et moi, on a déjà tant partagé
Il y a des choses qu'on arrive plus vite à se rappeler
Un peu comme ces danses que l'on a pu un jour délaisser

Parfois s'imposent des pensées de haine
D'autres fois submerge une infinie peine
Simples mots d'un coeur qui saigne...

Long manteau de fantôme du passé, oublié, j'ai revêtu
Etrange sensation de se sentir quand même nu, perdu
Une nouvelle nuit va tomber, je ne peux toujours pas bouger
Car, peut-être du noir va s'extirper un bruit familier

Parfois s'imposent des pensées de haine
D'autres fois submerge une infinie peine
Simples mots d'un coeur qui saigne...

Souvenir de ta traversée, présence qui s'est doucement effacée
Je ne sais pas jusqu'où les marées ont pu t'amener à t'échouer
Lorsque le vent te poussait, avais-je une place dans tes pensées
Lorsqu'un billet simple est composté, est-ce qu'on oublie ceux qui sont restés ?

Est-ce que je suis toujours dans tes pensées ?
M'as-tu oublié ?
A ces questions même les étoiles ne savent pas le dessiner...

Le silence s'est de nouveau invité, plutôt imposé
Rien de grave, lui et moi, on a déjà tant partagé
Il y a des choses qu'on arrive plus vite à se rappeler
Un peu comme ces danses que l'on a pu un jour délaisser.

pti-prince.jpg

Commenter cet article