Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

L'homme en capuche noire

28 Octobre 2010, 05:48am

Publié par bibun

A l'aube de l'enfance, partir sur les routes tenter sa chance, échanger l'errance contre l'espérance et pouvoir combler tout ce que la vie a pu subtiliser. Une seule destination, une seule obsession faire que le bonheur ne soit pas qu'une illusion, mais que cela soit une véritable révolution d'émotion qui puisse couper la respiration. Se retrouver aux pieds d'une colline à devoir escalader, espérer que tous ses rêves puissent être exaucés de l'autre côté, alors sans tarder commencer à grimper le coeur léger. 

Connaître l'âge de raison une fois avoir gravit le sommet, prendre juste un peu de temps pour se reposer et regarder avec intensité toute l'espérance qu'il y aura peut-être en contre bas, qu'on ne distingue pas, mais dans laquelle on a foi. Une pensée qui fait tout oublier, cette fatigue venue tenter d'étrangler la volonté sans pouvoir y parvenir, parce que rien ne pourra l'anéantir, pour cela il suffit de se rappeler ses douloureux souvenirs. Accélérer ses pas afin de laisser ses années de galère, fuir ces guerres d'hier qui ont laissé bien des blessures dans sa chair. 

Au soleil couchant, la vieillesse accompagnant les derniers pas de l'autre versant et s'apercevoir que le bonheur finalement est absent. Derrière cette colline où il y avait tant d'espoir se trouvait juste un homme en capuche noire, s'avançant tranquillement comme poussé par le vent. Trop fatigué pour l'esquiver ou même déserter, finir seulement par comprendre que le bonheur à présent n'était malheureusement plus à portée, qu'il venait de se dissiper. Arrivé à ma hauteur, impossible de voir le visage de mon fossoyeur, juste distinguer ses mots où raisonnait l'écho du chaos. 

"Le bonheur que tu souhaitais t'a tellement aveuglé que le temps a fini par le consumer. Le bonheur se trouvait dans chacune des journées que tu as traversé, mais tu t'en es détourné. Le bonheur ne se trouve pas, parce qu'il est déjà là tout autour de toi, il suffit pour cela de bien regarder sur toutes les choses sur lesquelles tes yeux peuvent se poser. L'obsession et l'obstination t'amènent irrémédiablement vers une route sans destination, juste un semblant d'illusion en étant trop aveuglé pour ne pas voir tout le bonheur, qui devant tes yeux pouvait se dessiner. Que reste-t-il aujourd'hui de cette quête insensée, si ce n'est des regrets d'être passé à côté de tout ce qui aurait pu t'effleurer, te faire frissonner, te faire rire à gorge déployée... A quoi bon maintenant, puisqu'il est temps à présent de s'avancer vers le firmament..."


Compagnon d'un seul soir, celui à qui on ne pouvait voir le regard, une main qui se tend, un geste prudent, j'entends déjà les hurlements. Se retourner encore une fois, une dernière fois... une vision sur un monde perdu, des rêves dissolus et un espoir déçu. Si le temps était possible à remonter... mais voilà l'impossible réalité. Alors si j'avais un conseil à formuler, le bonheur n'est pas à chercher, c'est lui qui viendra à toi se présenter, si tu veux bien l'accepter. Alors profitons de ces quelques minutes à égrainer et laisse toi charmer par ce ciel étoilé...

faucheuse.jpg


Commenter cet article