Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Il n'y a rien à fêter

8 Janvier 2011, 20:16pm

Publié par bibun

Cette année il n'y aura pas de sapin décoré ou de guirlandes illuminées, parce que rien ne peut donner d'attrait à un arbre calciné.

Pas de surprises, de cadeaux à déballer, pas ces présences auxquelles j'étais habitué, juste une odeur de brûlé.

Seulement le souvenir de ces huit dernières années, mais quelle en était la réalité, difficile à présent de savoir le faux du vrai.

Comme seul décor, tant de miroirs qui masquaient bien des vérités, mais aujourd'hui brisés j'ai pu voir l'obscurité qu'ils dissimulaient.

Le sombre n'est pas abstrait, là où les ombres ont trouvé leur refuge d'éternité et veulent t'y voir rester par des promesses de volupté.

Dans cet endroit où toute émotivité à cesser d'exister, où ne subsiste que des hurlements qui continuent à ricocher et à raisonner.

Pour seule chaleur, le ruissellement sur les murs du sang fraîchement coulé des sacrifiés, ceux qui ne pourront plus jamais voir la clarté.

De ces ténèbres où j'ai arrêter de marcher, parce que mêmes les promesses d'oubli étaient mensongers, l'esprit continue à être hanté.

Pourtant une seule chose n'a pas été subtilisée, ces milliers de morceaux de miroirs éclatés sur le sol qui sont restés jonchés.

A y regarder de plus près, y voir un semblant de reflet, celle d'un fantôme poète pour qui les mots ont toujours été choyés.


Derrière chacun de ces millier d'éclats éparpillés, des sentiments qui n'ont pas été incinérés et ces visages d'amitié que je n'ai pas oublié.

Cette année il n'y aura pas de sapin décoré ou de guirlandes illuminées, parce que rien ne peut donner d'attrait à un arbre calciné.

Pas de surprises, de cadeaux à déballer, pas ces présences auxquelles j'étais habitué, juste une odeur de brûlé.

De ce passé que je ne pourrais jamais gommer, ces huit années que le temps finira par espacer, arriver juste à en faire la paix.

De s'apitoyer ne changera rien à sa destinée, juste faire face à l'adversité, retrouver les forces qui m'ont ces derniers temps tant manqués.

Juste l'envie d'avoir une délicate pensée à chacun de ces animaux qui ont su m'accompagner et me combler du bonheur qu'ils savaient si bien donner.

Juste l'envie d'avoir une chaleureuse pensée à chacun de ces amis qui se sont manifestés, de leurs mots laissés et y sceller de la réciprocité.

Alors nul besoin de présents pour apporter de la gaîté, car l'essentiel c'est d'être dans les regards des personnes appréciées, de pouvoir simplement exister.

snowflakes

Commenter cet article

dominique 24/03/2014 17:22

sublime texte mais tellement de tristesse