Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Comme ci comme ça

8 Juillet 2016, 09:36am

Publié par bibun

Comme ci comme ça

On apprend de ses erreurs
Sauf au poker menteur
Excuses que l'on récite par cœur
Sans en mesurer les ampleurs

C'est du non coupable
Prononcer de façon incurable
Le soi disant louable
Plutôt un ego misérable

Ça devient dangereux
Avec ses propre règles du jeu
C'est forcément des envieux
Un regard tellement brumeux

Tout en philosophie
Ah la belle vie !
Sans voir ce que l'on détruit
Ça devait être comme ci

Porter armoiries et apparats
La supercherie est déjà là
Peu importe les dégâts
Ça devait être comme ça

Se complaire de réponses fourre-tout
L'effervescence dans le nid de coucous
C'est simplement l'échec face aux fous
On se transforme en méchant loup

Continuellement se ramasser
De foncer toujours tête baissée
Ça ne pouvait évidemment qu'arriver ?
Se sont seulement les causes à effets

La sagesse superficielle
C'est faire la courte échelle
Quand tombe la barrière de l'émotionnel
Se cache un intérêt tout personnel

Des histoires antérieures modelées
Une voix suave pour charmer
Un si beau rôle à jouer
Plier l'auditoire à sa volonté

Ces innombrables gens si bien pensant
Possédant la conscience des puissants
Accumulant toutes ces erreurs de débutants
Se révèle surtout la part sombre du mécréant

Ça ne devait pas être juste comme ça
Car on le provoque bien des fois
Trop facile ces raccourcis là
En oubliant tout bonnement le pourquoi

Ce temps qui pourrait être notre meilleur allié
En regardant au-delà des possibilités
Retenir les leçons de ses échecs passés
Certainement l'âge de maturité

Prendre quelquefois ses distances
Face aux miroirs de la reconnaissance
L'hypocrisie se pare toujours avec élégance
La solitude qui témoigne toute sa bienveillance

Voir les commentaires

Dream, believe, live...

28 Juin 2016, 09:39am

Publié par bibun

Dream, believe, live...

On peut parfois se languir
D'un tout autre avenir
Dans les turbulences du pire
Qui font s'effondrer les sourires

Ce vide en soi
Un désarroi
Où est mon toit ?
Ce chez moi ?

Dream, believe, live...
and Keep Hope

Ne voir que le noir
Un énième cauchemar
Perdre l'espoir
En quoi croire

Ce pas grand chose
Une plume, une prose
Raturer le morose
Laisser passer pluviôse

Dream, believe, live...
and Keep Hope

Que des mots électrochocs
Peu importe la provoque
Les pensées loufoques
Noyées d'alcool ou de médocs

Je ne juge absolument pas
Des ratés j'en ai des tas
Grimpe sur mes épaules et vois
Avançons encore de quelques pas

Dream, believe, live...
and Keep Hope

Se raconte une petite histoire
Qui ne mène jamais nulle part
Il va se faire très tard
Puis le silence devient miroir

De minuscules objets
Même des petits bracelets
Qui ont vécu et voyagé
Avec une âme, une clarté

Dream, believe, live...
and Keep Hope

Le poil qui se hérisse
Si rapide esquisse
Larmes expiatrices
Visage sans artifice

Dans la voix ces trémolos
Même si s'écorchent les mots
Dépose alors ton fardeau
Si légers deviendront les maux

Dream, believe, live...
and Keep Hope

En quoi rêves-tu ?
En quoi crois-tu ?
Qu'espères-tu ?
Je ne m'avoue jamais vaincu

Quand les rideaux sont en bernes
Que l'obscurité paraît si terne
Je viens toujours avec ma lanterne
Avec des histoires et non des balivernes

Dream, believe, live...
and Keep Hope

Que t'ai-je laissé ?
Peut-être un mot déposé
Un pendentif ou un bracelet
Mais que t'aurai-je conté ?

Des mots qui font blêmir
Ce souffle court qui se respire
Je crois en toi sans faillir
Viens, car l'impossible reste à construire

Rêve, crois, vis...
et garde Espoir

Voir les commentaires

Rattrapons le retard

22 Juin 2016, 09:26am

Publié par bibun

Rattrapons le retard

Petit bout de femme
Une si belle âme
La chaleur d'une flamme
Ces rires que nous échangeâmes

De fil en aiguille
Un toit de brindilles
Cette simplicité qui brille
Éclats dans les pupilles

Si loin déjà
La dernière fois
Je n'oublie pas
Ces pensées de toi

Remonter un instant l'horloge
Revoir mes pas qui pataugent
Toujours tes éloges
L'ombrage qui se déloge

Tu appartiens aussi à mon passé
Seulement voir l'enfant que j'étais
Un bonhomme troublé et décomposé
Une vision illimité de mes possibilités

Des gestes graciés
Une autre façon de donner
L'avoir simplement deviné
Nul besoin de prononcer

Tant et tant d'épisodes inoubliables
Malgré des démonstrations insoutenables
J'en étais encore bien incapable
Mais aux émotions si semblables

Un bougeoir
Lueur du soir
Moment du revoir
Après beaucoup de retard

Tel que je suis
Encore aujourd'hui
Ailleurs ou ici
Même dans mes écrits

Ma bulle de verre
Paradis dans l'enfer
Tes mains contre la verrière
Des frimousses familières

Il et elle d'un si longtemps
Souvenirs si bienveillants
Ce tout petit vent suffisant
Pour soulever mes ailes d'enfant

Tellement d'années qui ont pu choir
Nos passés, des milliers d'histoires
Toujours des mots emplis d'espoirs
Rattrapons seulement le retard

Mon petit bout de femme
Une si lumineuse âme
La chaleur d'une flamme
Ces rires que nous échangeâmes

Voir les commentaires

Ces notes au piano

18 Juin 2016, 09:16am

Publié par bibun

Ces notes au piano

Des notes au piano
Se griffonne des mots
Coule sur le carreau
Un rideau d'eau

Ce monde anxiogène
Un peu plus de gangrène
Temps qui s'égraine
Gazer de fumigène

Et cet argent
Qui change les gens
Les principes s'oubliant
Ça devient effrayant

La mauvaise conscience ?
Même pas on y pense
Se remplir la panse
Frénésie de la dépense

Entasser des objets
Pour se réaliser
Certain que l'on va donner
Avoir le sentiment d'exister

Ce fric qui brûle les mains
Tandis que d'autres n'ont rien
Se savoure vraiment les festins
Avec ce partage qui est plus sain

Des raisons de s'indigner
S'abreuver d'actualités
De demi vérités
Trop vite alimentées

On se fout si ça fait tâche
Peu importe si ça entache
Les émotions s'achètent en cash
Où est la soupe dans laquelle on crache ?

Publier des panneaux
Exposés dans les réseaux
Montrer sa cape de super-héros
En acquiesçant les propos des fachos

Du plus que parfait
Toujours bien sapé
Faudrait pas être mal jugé
Du blé pour les pauvres couturiers

Il faut toujours plus de pognon
S'endetter jusqu'au trognon
Pollueur et donneur de leçon
On aime bien les aberrations

Les bonnes nouvelles sociétales
Ne font jamais la une du journal
Ça ne va vraiment pas si mal
Une préférence pour les gros scandales

On veut faire du bien
Se désintoxiquer du malsain
Qu'est-ce qu'on s'emmerde sans potins
Heureusement qu'il y a beaucoup de voisins

On dépense déjà le fric de l'année d'après
Et ces saisons qui ne cessent de changer
Un jour les pauvres viendront juste regarder
Ces gens faussement aisés devenir eux-mêmes couturiers

On change lorsqu'on est dos au mur
Quand se vit les moments les plus durs
La différence entre bobos et blessures
Toutes ces conséquences qui alors se mesurent

On parle des langues étrangères
Des chemins de vie qui diffèrent
Des histoires au goût si amer
De livres s'empilant sur des étagères

On en discutera
On se comprendra
Un regard suffira
Bien loin d'autrefois

On se pardonne
Ce qui chiffonne
Pensées qui rayonnent
Valeur de ce qui se donne

Encore des notes au piano
Se griffonne d'autres mots
Coule sur le carreau
Ce même rideau d'eau

Voir les commentaires

Pourtant, je suis confiant

6 Juin 2016, 19:56pm

Publié par bibun

Pourtant, je suis confiant

Je t'accompagne sur ce chemin sombre, transpirant la tristesse et le désespoir.

Pourtant je suis confiant.

Je suis auprès de toi, d'un même pas sur cette route où la terre finira par se dérober.

Pourtant, je suis confiant.

Je suis à tes côtés sur le seuil de cet immense vide. Devant cet horizon renfermant cet apaisant silence.

Pourtant, je suis confiant.

Je regarde avec toi, cette plénitude. Ce repos auquel on songe parfois sans pouvoir le dire.

Pourtant, je suis confiant.

Je sais qu'il y a ce fusible que l'on peut faire sauter et ce petit pas qu'on parviendrait aisément à franchir.

Pourtant, je suis confiant.

J'observe ton regard qui convoite ce lointain et ces paupières qui rêvent seulement au sommeil.

Pourtant, je suis confiant.

J'écoute le sillon de tes larmes qui ne réussissent pas à s'empêcher de rouler sur tes joues. J'écoute cette douleur qui ne cesse de te consumer de l'intérieur suppliant de l'abréger.

Pourtant, je suis confiant.

Je reste là, sans bouger. Cet ultime face à face où le regard suffit à lui-même. Sans jugement, avant que nos routes se séparent, parce que ce n'est pas mon heure.

Pourtant, je suis confiant.

Je soutiens ton regard épuisé et je te souris. Où je peux observer ce même sourire qui se partage en retour.

Pourtant, je suis confiant.

Je romps le silence et m'incline pour ces choix qui imposeront le respect. En ce jour qui n'existe plus vraiment. En cet instant j'ai juste envie de te confier : Ce sourire qui a pris naissance dans le néant, au travers d'une émotion qui te semblait tellement résignée. N'y en a-t-il pas d'autres à vivre ? N'existe-t-il vraiment plus rien à vivre ?

Pourtant, je suis confiant.

Je ne te dirais jamais que tout ira pour le mieux. Que tout s'arrangera. Que tu ne seras pas jugé sur tes pensées ou tes choix. Que cela ne reviendra pas. Mais n'y a-t-il vraiment plus rien à vivre ? Pas même encore un sourire ?

Pourtant, je suis confiant.

C'est le moment de m'en aller. Cette fois si tu le souhaites, à ton tour tu peux m'accompagner. Une longue route pour parler. Te dévêtir de ce qui est resté trop longtemps prisonnier. Cet hôte funeste qu'il faut laisser s'évader.

Parce que je suis confiant.

Je ne te dirais jamais qu'il ne reviendra pas. Dans un autre temps, un autre endroit. Pour l'heure souris-moi. Encore une fois. Encore plein de fois. C'est pas mon heure. Ce n'est pas non plus ton heure. Notre temps viendra. Peut-être demain. Peut-être un petit peu plus loin. Dans un lointain peut-être, ça c'est certain. Après tout on s'en fout.

Parce que je suis confiant.

Le plus important, ce n'est pas l'heure. Ce n'est pas la peur. On s'en fout d'ailleurs. C'est juste savourer chaque instant du meilleur.

Parce que je suis juste confiant.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>