Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Articles avec #poesie

La ballerine

28 Février 2016, 19:18pm

Publié par bibun

La ballerine

Si fragile figurine
Dans sa petite machine
Juste une orpheline
La gracieuse ballerine

Enfermée dans sa boîte à musique
Sous un large couvercle basilique
Et ce perpétuel bruit mécanique
Il n'y a rien de plus mélancolique

Toujours sur le même son
A tourner seulement en rond
Peu importe les saisons
Une belle cage comme prison

Une seule et unique mélodie
Carillonnant en cafouillis
Que le temps a juste vieilli
Sur laquelle elle danse à l'infini

Posée sur une étagère
Où se dépose la poussière
Reste plus que l'imaginaire
Elle rêve à d'autres terres

Prendre vie
Que la nuit
Léger sursis
Mais loin d'ici

Elle valse seule au ciel noir
Au clair de lune son visage blafard
La ballerine pense déjà au prochain soir
Aux étoiles qui détiennent tous ses espoirs

Voir les commentaires

Ma langue au chat

19 Février 2016, 10:52am

Publié par bibun

Ma langue au chat

Mots dans la tempête
Souffle de poète
Paroles muettes
Nullement désuètes

Allongé sur le sable
Ces chants incroyables
Océan infatigable
Embruns si agréables

Tombe le soir
Un flot miroir
Aux étoiles d'espoirs
Encensant ma mémoire

Tout près de moi
Des empreintes de pas
Ma langue au chat
Était-ce toi ?

Providentielles explosions
Des bouquets d'illumination
Voûte céleste d'inspiration
Lorsque nous étions

Ma plume au vent
Mon regard s'égarant
Perdu dans le firmament
Ciel si réconfortant

Tout près de moi
Des empreintes de pas
Ma langue au chat
Je ne te vois pas

Je rêve éveillé
Aux lettres envolées
A la brise chuchoter
Mes pensées déposées

N'oublie jamais que je
Derrière le silencieux
Ce côté affectueux
Lis seulement dans mes yeux

Une nuit si paisible
Le temps parait extensible
Jusqu'au matin nuisible
Le jour le rend invisible

Tout près de moi
Des empreintes de pas
Ma langue au chat
A notre prochaine fois

Voir les commentaires

Plus c'est sombre

14 Février 2016, 18:26pm

Publié par bibun

Plus c'est sombre

Ma génération télévisée
C'est lisse et presque parfait
Il est possible de tout acheter
Jusqu'aux amours connectés
Des fragiles célébrités
Tu veux mon amitié ?

Tant d'émissions de divertissements
Toujours d'incroyables talents ?
Faire du bruit un court instant
Il faut vite célébrer un gagnant
Mais d'ores et déjà un formidable perdant
Parce qu'on attend aussitôt les suivants

Il faut toujours alimenter l'information
En continue, maintenir l'ébullition
Les bonnes nouvelles ne déchaînent pas les passions
Contrairement aux dégueulasses perversions
Susciter encore la peur et l'oppression
La transgression est préférable à la compassion

On entasse toujours plus de matériels
Qui ont pris des places existentielles
On apprend la vie avec le télévisuel
On zappe et on s'arrête sur le conflictuel
Voir s'écraser sur les gueules des coups de pelles
Surtout quand les injures s'envoient à la truelle

Bienvenue dans cette nouvelle société
Où se privilégie la culture du mauvais
La tranquillité fait tellement chier
Tu ne veux pas devenir mon ennemi juré ?
Allez viens, faisons comme dans la téléréalité
On ne veut voir personne s'aimer, plutôt se détester

Parfois on ne se pose pas assez de questions
On se laisse entraîner par l'agitation
Des fêtes qui s'enchaînent à répétition
Sans mettre en doute ses fréquentations
Des amis passés dans l'art de la prestidigitation
Qui s'évanouissent lorsque s'éteignent les néons

La moquerie est devenue une distraction
On se clash sans plus y prêter attention
S'habituer seulement à la confrontation
Le petit plaisir de la transgression
Les colères échauffent les discussions
Une façon de se donner le grand frisson

Faire une overdose de cette effervescence
La fabuleuse envie de prendre mes distances
Aux congratulations et hypocrites réjouissances
Toutes ces fêtes où l'on salive les absences
De ces langues qui se délient sans complaisance
Et tant de sourires pour grimer l'arrogance

A croire que plus personne ne pourra se supporter
Il n'y a plus grand chose qui est à présent épargné
Une impression que le seul vécu, c'est le médiatisé
Même les relations parviennent à se périmer
Comme une puanteur de sapin qui part en fumée
Mais n'oublie pas de voter pour me faire exister

Voir les commentaires

Au lac des cygnes

2 Février 2016, 07:59am

Publié par bibun

Au lac des cygnes

Je me surprends quelquefois
Ces sentiments exprimés tout bas
Il n'y a plus que ma seule voix
Depuis que tu n'es plus là

Je compose toujours ton numéro
Appel qui reste sur le carreau
Plus aucun abonné à ce bigo
Je garde alors chacun de mes mots

Même plus un timbre au répondeur
Celui que je connaissais par cœur
Néanmoins une fois qu'a sonné l'heure
Des larmes qui restent en apesanteur

Je suis resté un moment sur ces quais
Regarder cet étrange bateau s'éloigner
Ce voyage dont on ne revient jamais
Jusqu'à ce que l'horizon vienne le dissiper

Voguant vers ces terres qui semblent longilignes
Que la dernière escale en soit le lac des cygnes
Il ne reste plus rien ici, mais je reste digne
Je continue seulement à être en arrière ligne

Je parle aux fantômes
Quel drôle de bonhomme
Lorsque apparaissent les hématomes
Chacun applique ses propre baumes

Être ce couillon c'est ce que je veux montrer
Il y a des choses qu'on ne peut pas partager
Comme cette étoile que je cherche à la nuit tombée
C'est toujours un peu de toi à mes côtés

Il me faut juste apprendre à te laisser partir
Un jour nous retrouver afin de revivre nos souvenirs
Il me faut juste apprendre à te laisser partir
Pour l'heure, je continue toujours de sourire

Voir les commentaires

La carte dissimulée

1 Février 2016, 09:52am

Publié par bibun

La carte dissimulée

Je sais à quoi tu penses
Que tout est souffrance
Prends tes distances
Semelles d'itinérance

La vie peut être contrastée de noir
Se perdre dans le brouillard
Écarte toi des zonards
Pour te sortir de ton mitard

Le bouc et l'émissaire
Pigeon des tortionnaires
Ne connaître que l'enfer
Abandon d'épave à la fourrière

Je vois sur ta gueule burinée
La marque indélébile du suicidé
La carte du pendu à la corde serrée
Que ta manche ne sait plus dissimuler

L'échappée belle
C'est juste sensoriel
La vie reste en bordel
On trébuche sur des poutrelles

Fuis sans te retourner
Fuis et continue d'avancer
Fuis jusqu'à t'épuiser
Fuis pour te distancer

Le cerveau en ébullition
Un flot d'images sans le son
Malheureusement aucun bouton
A quand l'overdose d'informations

Pas le temps de s'asseoir
On ne peut pas courir après l'espoir
Juste brûler les petits mouchoirs
Pas la peine de se raconter d'histoires

Viens, on va juste s'amuser
Je n'ai pas de fin à te raconter
Viens, on va juste continuer
Même si on fait semblant d'exister

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>