Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Articles avec #poesie

Ame de voyageur

23 Janvier 2016, 10:19am

Publié par bibun

Ame de voyageur

C'est presque l'heure
Les dernières lueurs
Âme de voyageur
Avec pourtant cette peur

Qu'allons-nous nous dire
Au moment du partir
Peut-être juste sourire
Que le vent emporte la ire

Était-ce une belle amitié ?
Ou une grande complicité
Découvrir qui l'on eut été
Derrière des morceaux brisés

Comment se vit ce moment ?
Quand s'échoue la fin du temps
C'est un rideau sur le présent
Et ce silence si méprisant

Viendra ce lendemain
Un nouveau matin
Un autre chemin
Mais un vide certain

Il y aura des regrets
A n'en pas douter
Ce qui me permet d'avancer
Voix qui cesseront de s'exprimer

Observer la voie lactée
Une kyrielle de pensées
Chercher l'étoile exilée
Dans laquelle on se reconnait

Sans savoir ce qu'il y aura
Ou même ce qu'il restera
Ce que je sais d'ores et déjà
Je continuerai à croire en toi

Cette fois c'est l'heure
Habitude qui se meurt
Âme de voyageur
Ça fait toujours peur

Voir les commentaires

Un peu plus loin

18 Janvier 2016, 10:49am

Publié par bibun

Un peu plus loin

Ces chemins qui se séparent
Ça a toujours été mon histoire
Seul, face au coucher du soir
Il ne me reste plus que la mémoire

C'est à chaque fois difficile
Quand s'éloignent les ailes et les îles
Se partagea l'essentiel et non le futile
Toutes ces émotions qui s'éparpillent

Il y a continuellement ces pensées
Lorsque survient l'instant d'après
Un soupir et seulement l'accepter
Des histoires à conter pour ne pas oublier

Nous ne marcherons plus d'un même pas
Ce fut juste un bref moment, un endroit
Il y aura ce perpétuel manque de toi
C'est ma route ainsi que mes choix

Suivre la course du sable dans le désert
Quand vient le temps de se soustraire
Ces éternelles marches solitaires
En haut d'une dune s'asseoir et se taire

Mon visage à la lune à la si étincelante clarté
Pour ce soir, l'envie peut-être de m'accompagner
Partager la solitude d'un astre inhabité
Jusqu'à ce que le jour vienne l'effrayer

Si ce vaste univers pouvait m'être raconté
Des réponses aux questions qui n'en n'ont jamais
Cette sensation de n'avoir pas vraiment existé
Partout à la fois et en même temps si éloigné

Un dernier regard en arrière
Sache que je continuerai à m'en faire
M'envoler vers d'autres terres
Des peintures suspendues dans ma sphère

Nous ne nous retrouverons plus là-bas
Il y aura toujours une pensée pour toi
Peut-être un jour ? Encore une fois ?
Toutefois, seul le vent en décidera

Voir les commentaires

Le mur des murmures

13 Janvier 2016, 09:13am

Publié par bibun

Le mur des murmures

Puis un jour ce mur c'est érigé
Etait-ce un hiver ou bien un été ?
Si épais et impossible à escalader
Imposante porte pour nous séparer
Sans poignée, juste une serrure sans clef
Chacun adossé, chacun de son côté

Au regard de l'autre seulement invisibles
Des mots devenus absolument inaudibles
Odieux murmures tristement nuisibles
Le temps impose des réponses prévisibles
Un silence qui parvient à être paisible
Se souvenir alors des choses irrésistibles

Une vision détournée
Chacun le regard de son côté
Des multitudes de pensées
Impossibles à prononcer
Toujours pas l'envie de renoncer
L'espoir avec s'accrocher

Des saisons qui se meurent
Biens des hivers, biens des fleurs
Etre ici et pas ailleurs
Ne rester qu'un simple conteur
Avec des mots résurrecteurs
Un ultime battement de coeur

Un tout autre horizon
Pas la même direction
Des paroles en perdition
Une porte d'insonorisation
Devant nous, une destination
De nos chemins d'expiation

Voir les commentaires

A toi Kenzo

10 Décembre 2015, 09:52am

Publié par bibun

A toi Kenzo

Il me manque ces mots
Pour en adoucir les maux
Ils me font juste défauts
Cette pensée pour toi, Kenzo

Complice de tant d'aventures
A l'âge de toutes mes mésaventures
Un petit courant d'air si pur
Balayant peu à peu la pourriture

S'écoule le temps
Différemment
Aller de l'avant
Silencieusement

Tête inclinée
Dans mes pensées
Songer à l'après
Souvenirs du passé

Il y a ce chez moi
Ce vide autour de soi
Plus le bruit de tes pas
Et les choses aux mêmes endroits

S'écoule le temps
Différemment
Aller de l'avant
Silencieusement

Larmes qui dansent dans les yeux
Ce n'est qu'un cruel aveu
Cette absence qui rend malheureux
Mes mains qui ont soutenu l'adieu

S'inspire chacun de ces mots
Qui ne me font plus défauts
Un regard sur tes yeux clos
A présent, dors, rêve, Kenzo

S'écoule le temps
Aller de l'avant
Toujours présent
Silencieusement

Voir les commentaires

Vendredi 13 novembre 2015

25 Novembre 2015, 11:19am

Publié par bibun

Vendredi 13 novembre 2015

Nuit sans grondement d'orage
Opaque et sans visage
Une pluie nécrophage
Foudroyants ravages

Des éclairs irraisonnés
Des frappes aveuglées
Tant d'innocents sont tombés
Une vision ensanglantée

Il n'y eut aucune pitié
Face au regard des désarmés
Les colombes également criblées
La hache du passé est déterrée

Treize novembre qui marquera l'histoire
Lorsque défileront les corbillards
S'inclineront les têtes pour la mémoire
Avec du tricolore sur nos brassards

Ce fut un insouciant soir à Paris
Des explosions ailleurs et ici
La fête ne retentit pas du même bruit
Personne n'imagina en perdre la vie

Est-ce un point de non retour ?
Quand le pardon n'aura plus court
De nos aimés à leurs verbes sourds
La haine peut s'éveiller par amour

Un minuscule grain dans l'univers
Entre étoiles et autres sphères
Qui sommes-nous sur cette terre ?
Voués simplement à la guerre ?

Qu'en sera-t-il après ?
De nos regards émerveillés ?
Par une si triste réalité
Toutes ces places vides laissées

Chacun émotionnellement touché à sa manière
Dans ses tripes et d'autres dans leur chair
A présent, ce souffle révolutionnaire
Contre des croyances aberrantes et délétères

Tandis que toute une patrie se larmoie
Des mécréants en rient et festoient
Quelle diablerie peut être cette foi ?
La liberté est avant tout un choix

Bien sûr qu'il pourra y avoir la peur
Ça ne peut que retourner le coeur
De tous ces fous voulant la terreur
Ne pas faire d'eux des vainqueurs

Une pensée pour ces victimes aux yeux clos
Un hymne qui se chantera bien plus fort, bien plus haut
Quelques jours seulement, en berne seront nos drapeaux
Mais flotteront toujours pour préserver nos idéaux

Comme autant de fleurs déposées
Comme autant de mots laissés
Comme autant de dessins esquissés
Comme autant de bougies allumées

Paris, quand le temps viendra
Paris, tu te relèveras
Paris, de nouveau tu t'illumineras
Paris, avec tant d'émotions dans la voix

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>