Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bulle de mots le blog de bibun

Je ne te dirais pas

17 Janvier 2016, 09:15am

Publié par bibun

Je ne te dirais pas

Je peux comprendre l'euphorie. Je peux comprendre la parole jusqu'à perdre souffle. Je peux comprendre la colère sourde ainsi que le silence. Je peux comprendre de perdre pied, de trébucher, la peur ou encore le mal être qu'on ne partage pas, afin de préserver les autres jusqu'à s'éloigner d'eux. Je peux comprendre les longues marches solitaires sans savoir où l'on va, loin de toute agitation, le seul endroit où la pensée parvient à s'exprimer. D'abord frémissante avant qu'une ébullition d'idées apparaisse et parte dans tous les sens. Je peux comprendre la fuite, courir jusqu'à épuisement, finir ventre à terre avec le visage respirant la poussière. Puis finalement s'apercevoir que cette fuite que l'on pensait si lointaine n'a toujours été que du sur place.

Je peux comprendre l'envie d'avancer seul par la perte de confiance aux autres, par l'absence de quelqu'un qui ne reviendra jamais, où la seule pensée consume de l'intérieur. A cause des personnes qui te jugent sans te connaître, parce que c'est plus facile d'avoir un bouc émissaire pour ne pas se regarder en face. S'éloigner de toutes les langues de pute qui ne parlent que des absents, des soirées inondées par la foule où l'on ne sent pas à sa place, où chacun se retrouve seul sans parler à quiconque, si ce n'est s'évader avec son smart... Avancer seul pour mieux se retrouver en fuyant l'hypocrisie à laquelle on ne souhaite plus accorder de valeur.

Par contre, jamais je ne comprendrais ce que tu ressens au fond de toi. Je n'ai pas envie de te dire que je comprends tes douleurs, parce qu'elles sont propre à chacun. Peu importe les similitudes au fond, c'est pas ce qu'on souhaite entendre, même en me glissant dans tes chaussures, tes souvenirs ne seront jamais les miens, tes émotions jamais les miennes...

Je pourrais seulement imaginer par mes expériences, différentes des tiennes. On a tous notre ombre qui nous suit, plus sombre pour certains que pour d'autres, parce que nous sommes confrontés par toutes sortes d'événements tout au long de notre parcours, des pertes sévères, des maladies qui nous dévorent, des échecs cruels, des fosses dans lesquelles il peut nous arriver de tomber, tellement profondes qu'une part de soi peut être amenée à mourir avant de parvenir à en sortir.

Je pourrais te raconter des histoires bien pires de personnes qu'il m'aura été donné de croiser, mais tu n'auras pas envie de les entendre, parce que ça n'enlèvera pas pour autant la douleur qui est là. Il te faudra seulement marcher. Marcher encore. Marcher plus loin et bien au-delà.

Plus d'une fois on te promettra que laisser le temps faire, ça aura la possibilité de tout guérir... Le temps ne guérit absolument rien... Il te permet seulement d'accepter ta douleur et de continuer avec, car elle est dans l'ombre qui accompagne chacun de tes pas.

Je ne désire pas te raconter de conneries, te dire que tout finira par s'arranger, mais que l'espoir néanmoins te donnera le courage de déplacer les montagnes. Qu'il pourra faire renaître les sourires pour masquer tes larmes ainsi que des rires pour couvrir tes maux.

La vie continuera, différemment, un autre regard sur tout ce que l'on pensait savoir voir. Une vie beaucoup plus sélective pour n'en conserver que les belles rencontres, des échanges ainsi que du partage de véritables valeurs et plus superficielles. Ces rencontres riches, de croiser des personnes qui ne te diront jamais je te comprends, mais qui s'imagineront simplement, laissant à chacun de raconter sa propre histoire, avec ses ressentis ainsi que ses émotions... Alors se comprendra seulement le même langage.

Parlons de demain, même s'il n'existe pas, sans juger qui que soit... partageons encore ces moments là et foutons nous de ce que l'on en pensera.

Vivons d'espoir même si tout est peint en noir, parce que ça fera toujours chier les charognards.

Commenter cet article

flipperine 18/01/2016 15:32

on dit tjs que l'espoir fait vivre